loader image

Commission Laurent : et après?

Suivi des actions prises à la suite du dépôt du rapport de la Commission Laurent

Lors de la présentation de son rapport, la Commission Laurent a mentionné que le Québec devait maintenant être digne de ses enfants.

À la FFARIQ, nous avons été heureux de constater que notre fine connaissance de la réalité quotidienne des FA ait été reconnue. À preuve, les nombreuses recommandations émises dans notre mémoire ont été prises en compte et trouvent écho dans le rapport de la Commission Laurent.

En tant qu’organisation qui a à cœur de défendre réellement les intérêts des familles d’accueil pour le mieux-être des enfants, nous suivrons de près l’implantation des recommandations du rapport. Sur cette page, nous vous tiendrons informé des avancées.

Nous veillerons toujours sur vous avec bienveillance,

Geneviève Rioux
Présidente de la FFARIQ

En réaction aux délais interminables d’évaluation des postulants à titre de famille d’accueil de proximité (PFAP), l’ex-vice-président de la Commission Laurent, André Lebon, n’a pas ménagé ses mots, qualifiant l’attitude de la DPJ de « dégueulasse » et de « mépris systémique ».

Les propos de M. Lebon ont été rapportés par la journaliste Suzanne Colpron dans un article paru dans La Presse sur les difficultés, délais et embuches que doivent affronter les familles qui acceptent de « dépanner » la DPJ en accueillant chez elles un enfant de leur entourage qui doit être placé rapidement.

À la FFARIQ, nous appuyons l’avis de M. Lebon qui voit là un affront, de l’abus de pouvoir et également une attitude qui contribue aux difficultés de recrutement de familles d’accueil alors que les besoins sont criants.

Rappelons que les PFAP sont dans une zone grise. Non évaluées, elles ne sont pas reconnues et ne sont donc pas remboursées pour les dépenses engagées afin de prendre soin de l’enfant qui leur est confié. Alors que selon la Loi, une évaluation devrait être faite dans les 6 mois suivants le premier jour de placement, la réalité est tout autre. Certaines familles peuvent attendre jusqu’à 20 mois avant d’être reconnues.

Lisez l’article de La Presse ici : cliquez ICI pour le consulter.

Invitée par la Commission de la santé et des services sociaux à participer aux consultations sur le projet de loi no. 15 modifiant la Loi sur la protection de la jeunesse (LPJ), la FFARIQ a déposé un mémoire. Rappelons que ce projet de loi s’inscrit dans les actions du gouvernement à la suite du rapport de la Commission Laurent. Voici un résumé de nos principales recommandations.

Tout d’abord, notre première constatation à la lecture de ce projet de loi est qu’il n’est qu’une concrétisation de l’état de droit actuel et n’apporte que peu de changements. Notre mémoire rappelle donc les nombreuses attentes des familles d’accueil et des enfants pour un projet de loi centré sur le bien-être et la stabilité des enfants. En voici quelques points :

  1. Élargir la définition d’enfant afin de permettre aux jeunes qui le désirent de demeurer en famille d’accueil jusqu’à l’âge de 21 ans, créant ainsi une stabilité nécessaire pour bien prendre pied dans la vie adulte.
  2. Réviser les principes de collecte et de divulgation des renseignements recueillis et de la confidentialité afin que les familles d’accueil et les autres personnes concernées puissent intervenir auprès d’un enfant dans son intérêt fondamental, en toute connaissance de ses besoins particuliers.
  3. Créer une Commission des droits de la jeunesse autonome, indépendante ainsi qu’entièrement et exclusivement dévouée à la défense des droits des enfants, et ce, sans tarder. Cette commission doit avoir un réel pouvoir et la volonté de freiner des situations catastrophiques pour des enfants qui sont sans voix ou qui voient leurs droits bafoués par des interventions injustifiables.
  4. Afin d’incarner davantage la protection de l’enfant, assurer la transparence du Directeur de la protection de la jeunesse en rendant sa direction indépendante des CIUSSS et CISSS pour assurer son impartialité, tout en étant imputable et en rendant des comptes au ministère de la Santé et des Services sociaux.
  5. Modifier la Loi de façon à assurer une stabilité à l’enfant en établissant dans de meilleurs délais et de façon permanente les gens avec qui il demeurera.


Nous concluons notre rapport en proposant que la réflexion des élus sur ce projet de modification de la LPJ soit guidée par les nombreuses recommandations formulées par la Commission Laurent ainsi que sur les rapports des comités et commissions élaborés ces 40 dernières années afin d’en arriver à une réelle amélioration des conditions assurant le bien-être et la stabilité des enfants.

Pour connaître tous les détails de nos recommandations, nous mettons à votre disposition le mémoire présenté.

Mémoire déposé par la FFARIQ. Cliquez ICI pour le consulter.

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux Lionel Carmant a annoncé un investissement de 10 M$ pour améliorer le soutien clinique des familles d’accueil. Cet investissement vise notamment à répondre à une des problématiques soulevées par la Commission Laurent.

Ce montant sera consacré à :

  • Augmenter le nombre de postes affectés au soutien clinique des familles d’accueil;
  • Bonifier la qualité des services rendus aux jeunes hébergés;
  • Améliorer l’attraction et la rétention des familles d’accueil.

Pour tous les détails sur cette annonce, consultez le communiqué de presse officiel en cliquant sur ce lien : 30 Communiqué Carmant__familles d’accueil_DGDBEPJ_LC.docx

La FFARIQ transmet ses recommandations

Rappelons que la FFARIQ avait mentionné dans son mémoire adressé à la Commission Laurent l’absence de soutien pour les FA. C’est donc en continuité avec les représentations entamées que la FFARIQ s’est permis d’écrire au ministre Carmant pour porter à son attention les points qu’elle considère comme essentiels au rôle d’intervenant auprès des ressources.

Recrutement/Développement/Maintien des ressources

L’intervenant doit avoir une vision globale de la situation et une connaissance terrain afin de s’assurer de l’adéquation entre le développement des ressources et les besoins.

Évaluation/Accueil

L’intervenant doit penser aux besoins des enfants, reconnaître l’importance du rôle actif des FA auprès des enfants, être clair et transparent dans la présentation du rôle de FA aux postulants et les accompagner et soutenir adéquatement dans leur démarche.

Tenue de dossier

L’intervenant doit inclure au dossier des notes de suivi qui font état de la réalité de la FA (situations vécues, rencontres, visites, questionnements, etc.). Le dossier devrait être un portrait à jour et non seulement un recueil de reproches.

Référence/Liaison

L’intervenant doit être en mesure d’informer la ressource sur tous les aspects nécessaires pour qu’elle puisse jouer adéquatement son rôle auprès de l’enfant. Ce qui inclut les plans d’intervention et projet de vie. De plus, la ressource doit être le lien privilégié qui permet de développer et maintenir une relation de confiance entre l’établissement et les FA.

Jumelage/Pairage/Portrait des ressources

L’intervenant doit bien connaître les forces des FA qu’il accompagne ainsi que leur situation actuelle avec les enfants qui leur sont confiés afin d’avoir un portrait juste permettant un jumelage/pairage optimal entre l’enfant et la FA pour éviter de multiples déplacements.

Contribution au processus de contrôle de la qualité des services

L’intervenant pourra apporter sa connaissance du milieu et des FA pour soutenir l’intervenant responsable du contrôle de qualité des services dans son processus d’évaluation.

Pour tous les détails sur les recommandations de la FFARIQ, consultez la lettre adressée au ministre Carmant en cliquant sur ce lien : Lettre ministre Carmant_2021-06-01.docx

Le rapport de la commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse (Commission Laurent) a été déposé le 3 mai 2021.

 

Vous pouvez le télécharger pour lecture en suivant ce lien : Rapport de la Commission Laurent

La FFARIQ a été rassurée de constater que les familles d’accueil avaient été entendues et a applaudi les recommandations faites dans le rapport. Lisez la réaction complète de la FFARIQ en cliquant sur le lien suivant :

Réaction de la FFARIQ – lire le communiqué de presse

Où s’informer?

Vous êtes une FA d’une des 8 régions représentées par la FFARIQ?

Assurez-vous d’être membre du groupe Facebook privé de votre région pour avoir rapidement les dernières nouvelles et profiter du support de vos pairs.

Envoyez votre adresse courriel à info@ffariq.org afin de recevoir des informations à jour selon votre réalité de FA.

Votre rôle d’intervenant de 1re ligne

Nous vous rappelons que vous jouez un rôle essentiel dans la protection des enfants. Malgré la crise qui sévit, un enfant en situation d’abus ou de négligence ne doit pas être laissé à lui-même. Consultez notre publication du 17 mars 2020 pour un rappel de vos droits et obligations.